Des artistes contre une taxe sur le livestream

Avec la pandémie, le nombre de concerts en livestream a augmenté, à un tel point que l’industrie musicale se demande s’il ne faudrait pas règlementer tout ça !

La pandémie et la quarantaine ont ouvert la porte à un nouveau moyen d’assister à des spectacles.

Pour preuve, cette année, des records ont été battus par les concerts virtuels !

Le groupe de K-pop, BTS, a récolté 20 millions de dollars avec son concert « BANG BANG CON The Live » et a réuni plus de 750 000 spectateurs : il fallait payer entre 26 et 35 dollars pour un ticket. Succès aussi pour la chanteuse britannique Dua Lipa avec son spectacle « Studio 2054 » : 5 millions de billets écoulés !

Certains artistes songent même à organiser des tournées « livestream ». D’ailleurs Todd Rundgren compte le faire en février avec 25 dates prévues aux États-Unis.

Face à ce succès, l’industrie musicale britannique pense à taxer cette pratique. Le collectif PRS for Music Limited suggère que 8 % de 50 000 livres générés, ou 17 % pour les recettes au-delà de 450 000 livres, soit reversés au collectif. Une idée qui ne plaît pas, d’autant plus que les concerts physiques sont taxés jusqu’à 4,2 %. Les associations d’artistes pensent qu’une taxation tuerait ce marché encore en développement. Une lettre ouverte, signée par plusieurs chanteurs et groupes (Gorillaz, Liam Gallagher, etc.) a été adressée au PRS Music Limited à ce sujet !

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by DUA LIPA (@dualipa)

 

Partager